Une œuvre de Bansky vendue à Nottingham crée une grande polémique

Qui ne connait pas Bansky ? le street-artist populaire dont l’identité demeure toujours un mystère pour tous. Un nouveau pochoir de ce personnage est apparu sur les murs d’un immeuble à Nottingham au Royaume-Uni. Le 19 février, l’œuvre a été rachetée, suscitant l’indignation des riverains.

Une œuvre initialement mise sur le mur d’un immeuble

La représentation de la petite fille au hula-hoop sur un immeuble de Nottingham avait attiré l’attention de plus d’un. De plus, elle avait complément séduit les habitants de la zone qui faisaient la queue pour pouvoir la contempler ou prendre des photos avec.
Toutefois, les propriétaires de l’immeuble ont pris la décision de céder cette œuvre à la galerie artistique Brandier qui se situe à quelques kilométres de là. Le montant exact de la vente n’est pas dévoilé même si on sait qu’il s’agit d’une somme à 6 chiffres.
Les propriétaires de l’immeuble auraient déjà essayé de vendre l’œuvre de Bansky à certains collectionneurs et à des associations. Malheureusement, aucun d’entre eux ne souhaitait en disposer.

Une création qui fait parler d’elle

Il faut dire que cette création avait déjà été au centre des débats et des discussions lorsque les propriétaires de l’immeuble y avaient apporté des modifications. En effet, ils avaient entreprise de supprimer le vélo cadenassé au poteau qui est une des pièces incontournables de l’œuvre. De plus, celui-ci était perçu comme un symbole rappelant l’histoire industriel de la ville.
La galerie Brandier a sollicité les services d’une entreprise pour que le mur soit foré et que l’ouvré soit déplacée à des fins de restauration. Un acte qui a fortement indigné certaines personnes. D’ailleurs le galériste a reçu de nombreux mails de gens le traitant de voleur d’œuvres artistiques.
La vente de cette œuvre de Bansky a suscité un profond débat sur la véritable valeur des œuvres urbaines et leur saisie.