Les résonances orbitales des amantes Zeus : Lo, Europe, Ganymède et Callisto intéressent les chercheurs

Galilée a été la première personne à prouver l’existence des exoplanètes. 4 siècles passés après avoir découvert 4 signalement lumineux autour du système solaire avec sa lunette astronomique, l’astronome allemand Marius Simon fit la même révélation. Aujourd’hui, les points lumineux qui en mars 1610 avait pour noms lunes galiléennes sont devenus sous proposition de Johannes Kepler, les amantes Zeus.

Les résonances orbitales : des phénomènes naturels

C’est une concomitance des forces de gravitation exercées par les corps réciproquement sur d’autres corps. Le même résultat peut être obtenu lorsque vous exercez une force sur une personne assise dans une balançoire pour la faire tomber. Vous réaliserez sans connaissances en physique que l’élément qui cause sa chute peut lui permettre aussi de la maintenir. C’est un phénomène naturel qui résulte donc de l’action d’une force exercée sur une autre. En mécanique céleste, il s’agit surtout d’une rotation de nombres entiers à une bonne approximation. C’est un ensemble de tous ces éléments naturels qui justifie la résonance des exoplanètes.

Un élément nouveau de la cosmogonie : la pierre de Rosette

Selon Nathan Hara de l'université de Genève en Suisse, la répartition des corps est faite en fonction d’une densité étrangement aléatoires. Il explique dans les rapports livrés après l’étude des exoplanètes, qu’ « il apparaît en effet qu'une planète aussi dense que la Terre se situe non loin d'une planète cotonneuse caractérisée par une densité inférieure de moitié à celle de Neptune, suivie d'une planète de même densité que Neptune. Ce n'est pas ce à quoi nous sommes habitués. »

Il n’est pas caché du monde des scientifiques que le système solaire a connu une migration de planète. Cependant, il faut souligner que même si ce cas est avéré, la formation des géantes gazeuses vient du modèle cosmogonique distant du soleil et de plusieurs planètes telluriques. C’est sur la base de ces conditions de formations planétaires qu’émerge plusieurs exoplanètes d’une résonance similaire à celle de la Lune et non loin de la Terre.